Découvrez des exemples de réparations de montres réalisées par le Centre Horloger de Provence

Montre à coq

Reprise complète du mouvement d’une montre à coq, très oxydé, un des premiers équipé d’un spiral : après un démontage très difficile car la rouille avait « amalgamé » l’ensemble des pièces en acier, un premier nettoyage a été réalisé, pour pouvoir évaluer les dégâts. La difficulté était de rendre mobiles tous les éléments en acier, comme les pignons ou la chaîne de barillet : crochets cassés, axes et maillons fortement endommagés par la rouille. Puis restent la fabrication complète de l’axe de balancier cassé, comme la chaîne, suite au bris du ressort moteur, le remplacement du spiral, manquant, la rouille ayant fait son œuvre destructrice, la reprise complète de la visserie encore existante, la fabrication au même « standard » de la visserie manquante et bleuissage de l’ensemble, l'argenture du coq et de la ronde des heures, puis un nouveau nettoyage de l’ensemble, le montage avec un ressort moteur neuf et enfin le réglage et la lubrification.


Montre à sonnerie début XIXème siècle

Restauration d’un mouvement d’une très belle montre à sonnerie des quarts à la demande, échappement à cylindre sur lequel nous avons refait le système de tirage de sonnerie, usé et « bricolé ». Ce problème est fréquent sur ce type de sonnerie, car comme l’appui par la bélière est important et puissant, le point de contact se réduit et donc la montre ne sonne pas le bon nombre de coups voire plus du tout. Malheureusement cette pièce, très importante, a souvent subi l’outrage des différentes réparations : coups de poinçons, pour élargir la matière, soudure à l’étain de petites « cales »… Toutes ces « réparations » créent plus de défauts qu'elles n’en résolvent : il est donc nécessaire de refaire le levier complet, seule opération garantissant une marche parfaite, pendant un grand nombre d’années. Lors d’une intervention précédente, le « réparateur » a simplement enlevé le colimaçon des quarts, il a fallu le refaire, pour que la montre retrouve sa sonnerie, sur gongs, des heures et des quarts. Pour le reste du mouvement, l’échappement, suite à une chute, avait les pivots de balancier cassés ainsi que les rubis. Après avoir changé les tampons du cylindre et remplacé les pierres, l’ensemble a été lavé, remonté avec un ressort neuf et réglé. Le boitier en or a été décabossé, poli, lavé, un verre en cristal, ancien (neuf de stock) posé et enfin le mouvement remboité.


Régulateur de 1900

Réparation d’un régulateur d’automobile, montre fixée avec un support sur le tableau de bord de nos premières voitures, d’une taille importante (24 lignes). Par tradition, les horlogers n’utilisent pas le millimètre mais la ligne, ou ligne Parisienne pour désigner le diamètre du mouvement, ce système de mesure servant bien avant le système métrique. Il est directement hérité du pied français, un pied valant 12 pouces et celui-ci valant 12 lignes. Une ligne équivaut à 2,2558 mm, le mouvement de ce régulateur a donc un diamètre de 54,14 mm. La montre ayant subi un choc important, l’axe de balancier (échappement à ancre), les rubis ainsi que l’axe de la roue de seconde, étaient cassés. Il a donc été nécessaire de les refaire. Il a fallu reprendre l’ensemble des vis et rochets par un polissage et un bleuissage. Ensuite ont suivi le lavage en ultrason de l’ensemble de la montre en pièce, le remontage avec, bien sûr, un ressort neuf et pour finir un travail important : la lubrification. Le boitier, lui aussi très oxydé, en acier noirci, a été complètement repris et les deux verres mis en place.


Chronographe militaire Bréguet type XX

Les chronographes militaires servaient en majorité dans l’armée de l’air, car ils suppléaient souvent les pannes de l’appareillage de bord et donc devenaient le seul instrument de navigation. Il a fallu beaucoup d’inventions et d’ingéniosité des groupes horlogers, pour rendre ces montres précises, résistantes aux vibrations, aux accélérations, aux champs magnétiques très importants dans un cockpit. Les premiers modèles, comme celui présenté ici n’étaient pas encore équipés d’antichoc sur l’axe de balancier. Comme très souvent, l’axe n’a pas résisté aux nombreux chocs, il a donc fallu le remplacer, rééquilibrer l’ensemble du balancier, afin que, quelle que soit la position, le chronographe ait un réglage satisfaisant. Les pierres (rubis) avaient pas mal souffert, pierres et contre-pivots ont été changés. Après un nettoyage complet, le remontage de l’ensemble des pièces (montre et chronographe), la mise en place d’un ressort neuf, le nettoyage du boitier et le remplacement du verre, ce superbe chronographe est reparti pour des années de service.


Montre chronographe/automatique (Micro-rotor)

Restauration d’une montre cosmonaute (24h), date, chronographe et automatique (micro rotor) ayant subi d’importants dégâts suite à un défaut d’étanchéité. La réparation s'est avérée relativement compliquée car le mouvement étant très compact, la rouille a détruit un nombre important d’axes et notamment celui du micro-rotor, qu’il a fallu fabriquer car introuvable. L’ensemble de la visserie complètement « mangée » par l’oxydation a dû être remplacé, le plus long étant d’extraire le reste des vis des platines. Ce chronographe a retrouvé une seconde jeunesse et aura, peut-être, l’occasion à nouveau de voir notre terre de loin. La tradition des montres 24h remonte au temps des mines, profondes, où les chefs d’équipe, au bout de plusieurs jours passés sous terre, sans le repère de l’astre solaire, ne savaient plus s’il était, par exemple, 10h ou 22h, indications sur une montre 12h, impossible à savoir. Il a fallu donc adopter ce mode de division, en 24h, par divers principes, soit mécanique avec une aiguille soit avec un disque supplémentaire, indiquant les 24h, soit simplement le cadran en 24h, avec l’aiguille des minutes qui fait le tour du cadran en 60 minutes et l’aiguille des heures en 24h. Il a été utilisé par la suite par les sous-mariniers et plus tard pour l’exploration spatiale. La lecture de l’heure sur ce type de garde-temps demande une certaine habitude.